8 gestes pour diminuer son empreinte numérique.
  • Charlotte

8 gestes pour diminuer son empreinte numérique.

Visionner un film en streaming, faire une recherche sur Google, envoyer un e-mail, stocker un document sur le Cloud, utiliser un objet connecté, écouter de la musique sur Internet…

Tous ces gestes sont devenus notre quotidien, mais ils demandent en réalité beaucoup d’énergie, et bien qu’ils paraissent anodins, ils ont pourtant, à l’échelle mondiale, ont un impact environnemental conséquent.

On commence avec un petit état des lieux en chiffres :


  • Si Internet était un pays, il serait le troisième consommateur mondial d’électricité, derrière la Chine et les États-Unis. En effet, il émet aujourd’hui 4% des gaz à effet de serre du monde, soit 1,5 fois de plus que le transport aérien civil, selon le groupe de réflexion The Shift Project.

  • Stocker toutes les données d'Internet demande beaucoup d’énergie. Par exemple, Google possède 900 000 serveurs, ce qui équivaut à la consommation en électricité du Sénégal qui comprend plus de 16 millions d’habitants !

  • La fabrication d’un ordinateur nécessite : 240 Kg de combustibles fossiles, 22 Kg de produits chimiques et 1,5 tonnes d’eau.

  • Les échanges de mails pro d’une entreprise comprenant une centaine de salariés pendant 1 an équivaut à 13 allers retours Paris New-York !

  • Les vidéos en ligne représentent 1% des émissions mondiales de gaz à effet de serre : la vidéo à la demande (34%) et la pornographie (27%) en tête.

  • Une requête sur un moteur de recherche représente une ampoule basse consommation allumée pendant 1 heure.

  • Les mails : chaque année l’envoi des e-mails consomme 410 millions de tonnes de CO2, sachant que plus de 80% des e-mails reçus ne sont jamais ouverts. Chaque Français stocke entre 10 000 et 15 000 e-mails non lus dans sa boîte de réception...

Mais il n’y a pas que des mauvaises nouvelles !


Comme nous venons de le voir, les data centers produisent énormément de chaleur due au stockage confiné de composants électroniques. Et bien cette chaleur peut être réutilisée ! Pour produire de l’électricité qui servira ensuite à alimenter les data centers eux-mêmes ou bien servir à chauffer des établissements publics (comme la piscine de la « Butte aux Cailles » dans le 13ème arrondissement de Paris) !


Mais même les particuliers peuvent largement contribuer à diminuer la pollution numérique. Les solutions sont simples, il suffit parfois de quelques secondes et d’un seul clic pour diminuer significativement nos émissions de CO² :


  • Le choix de l'appareil : sachez qu’une tablette consomme 25 fois moins qu’un ordinateur fixe… Et si vous passez de 2 à 4 ans d’usage pour une tablette ou un ordinateur, cela améliorera de 50% son bilan environnemental. Il faut donc lutter contre l’obsolescence des équipements informatiques.

  • Privilégier les appareils reconditionnés. Utile pour faire des économies et diminuer son empreinte carbone.

  • Éteindre les appareils électriques. Mettre un ordinateur en veille consomme encore de 20 à 40%.

  • Supprimer ses e-mails et éviter d’en envoyer inutilement. A noter qu'il existe des sites internet comme Cleanfox, qui peuvent vous aider à supprimer vos mails, notamment les newsletters que l'on ne lit jamais.

  • Éviter le cloud qui augmente le stockage dans les data centers et privilégier davantage les disques durs externes ou clés USB.

  • Changer votre moteur de recherche. Il n'y a pas que Google qui vous permet de surfer sur le net ! Par exemple, Ecosia est un métamoteur de recherche responsable, qui compense la consommation d'énergie en plantant des arbres et participe ainsi à la reforestation dans le monde.

  • Naviguer sur internet via vos listes de favoris. S’il y a des sites où vous allez régulièrement, il faut penser à les ajouter à vos favoris, de manière à éviter la recherche via le moteur de recherche : vous émettrez ainsi 4 fois moins de CO2!

  • Un bon moyen d'optimiser sa consommation de streaming c'est de visionner les vidéos en ligne via un réseau wifi, en basse définition (si vous êtes sur un smartphone surtout). Vous pouvez également privilégier l'audio de temps à autre, les podcasts sont beaucoup moins énergivores que la vidéo…

Dernière bonne nouvelle : Greenpeace incite les géants d’Internet comme Google, Facebook, Amazon, Apple et Netflix à limiter la pollution qu’ils produisent en utilisant des énergies renouvelables pour alimenter leurs centres de données. Depuis plusieurs années, certaines de ces grandes entreprises se sont d’ailleurs engagées à utiliser, à terme, 100% d’électricité verte ! Le site Clickclean, mis en place par l’association, recense la consommation énergétique des grands sites et applications utilisés dans le monde entier. Notées de A pour les moins polluantes à F pour les plus polluantes, les grandes entreprises tentent d’être de plus en plus transparentes :

avec 67% d’énergie propre, 7% de gaz naturel, 15% de charbon et 9% d’énergies d’origine nucléaire, Facebook est noté A. Les géants de la vidéo, Netflix, Vimeo et HBO Go, ont quant à eux obtenu un D.


Enfin, il faut aussi réaliser que la pollution numérique nous touche aussi, personnellement, via le temps que nous passons devant nos écrans : le temps passé devant un écran a été corrélé à une forme physique moins bonne et à des problèmes de santé mentale et de développement social. Nous avons donc tous intérêt à diminuer le temps d'écran et donc la pollution numérique !

0 vue
google-play-badge (1).png
google-play-badge (1).png
Disponible dès maintenant ici :
google-play-badge (1).png
Suivez-nous
  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Gazouillement