Notre eau est-elle potable ?
  • Charlotte

Notre eau est-elle potable ?

L’eau est essentielle à la vie, et pourtant nous nous posons chaque jour la question de savoir si l’eau que nous buvons n’est pas polluée, contaminée par des agents de traitements qui pourraient être néfastes pour notre santé sur le long terme.

Focus sur une question fondamentale : la potabilité des eaux de notre consommation courante.

L’eau du robinet__


L'eau du robinet suscite de la méfiance bien qu'elle soit très contrôlée. Sauf cas particuliers peu fréquents, c'est une eau potable, c'est-à-dire conforme aux exigences sanitaires définies par décret. Cinquante-quatre paramètres différents font l'objet d'une surveillance et sont régulièrement contrôlés. Ce sont les pôles Santé et Environnement des Ars et les Agences régionales de santé qui en sont chargés.

Localement, les services responsables des usines de traitement pour la potabilisation et des réseaux de distribution font également leur propre suivi. Il est quasi permanent sur les grands réseaux qui alimentent de grandes villes ou les communautés de communes, et moins fréquent sur les petits réseaux qu'on peut trouver en zone rurale.


Mais les grandes alertes sur la dégradation de la qualité de l'eau du robinet lancées dans les années 1990 concernant les nitrates et les pesticides ne sont plus d’actualité d’après Que Choisir. Depuis, les stations de traitement se sont multipliées, les captages d'eau potable pollués par les nitrates et/ou les pesticides sont régulièrement abandonnés. Si les rivières et les nappes souterraines sont toujours très contaminées, la pollution de l'eau du robinet par les nitrates devient rare, et les dépassements de normes sur les pesticides peu fréquents. Concernant le plomb au robinet, la limite réglementaire du plomb dans l’eau potable a été fixée en 2013 à la valeur guide recommandée par l’OMS.


Mais un autre problème est soulevé depuis quelques années, notre eau du robinet est de plus en plus riche en résidus médicamenteux. En effet, plus de la moitié des 48 boîtes de médicaments que chaque Français ingurgite en moyenne chaque année se retrouve dans les eaux de surface car les stations d’épuration ne sont pas conçues pour les traiter.

D’ailleurs, les rares études sur le sujet révèlent les molécules présentes dans les eaux de surface : oestroprogestatifs (pilules contraceptives), tranquillisants, traitements anticancéreux, hormones stéroïdes, pesticides, fongicides…

Evidemment les risques pour la santé seraient assez graves : féminisation des caractères sexuels, résistance aux antibiotiques, dérèglement du système endocrinien…


Si vous avez un doute sur la qualité de votre eau, reportez-vous à la carte interactive mise en place par Que Choisir.

L’eau en bouteille__


Les bouteilles en plastique sont bel et bien un fléau pour l’environnement. En effet, nul n'ignore désormais que le transport par camion émet des gaz à effet de serre et que le meilleur déchet est celui qu'on ne produit pas. Or, quand il s'agit d’eau en bouteille, le déchet inutile est omniprésent.

En outre, même du point de vue de la santé, des questions se posent un peu partout : l’eau de nombreuses grandes marques à travers le monde est contaminée par de minuscules particules de plastiques, les microplastiques, dont les dangers sur la santé sont encore méconnus.


L’eau minérale : Les eaux minérales présentent une forte particularité, elles ne répondent pas à la même réglementation que l'eau du robinet. Certaines seraient refusées en réseau public de distribution, car elles ne sont pas conformes aux critères qui définissent une eau potable. Elles sont soumises à des normes spécifiques et peuvent atteindre des teneurs qui ne sont pas tolérées pour l'eau potable. Concernant le fluor, par exemple, la limite est fixée à 1,5 mg/l pour l'eau potable, les eaux minérales peuvent en revanche en contenir jusqu'à 5 mg/l. La composition d'une eau minérale doit rester stable dans le temps, et, comparées à l'eau du robinet, les eaux minérales ont droit à peu de traitements. On peut intervenir sur le fer, le manganèse, le fluor, mais on ne fait aucun traitement de désinfection. Les différences entre les marques tiennent aux écarts de minéralisation, c'est-à-dire aux teneurs en calcium, magnésium, fluor, sulfates, sodium... Mais certaines eaux très minéralisées ne conviennent pas forcément à un usage quotidien.


Les eaux de source : Elles sont quand à elles soumises à la même réglementation que l'eau du robinet, et doivent donc remplir tous les critères de potabilité. En revanche, comme les eaux minérales, les eaux de source ne doivent pas subir de traitements de désinfection. Leur composition peut varier dans le temps et il importe donc de vérifier son étiquette de temps à autre. D'un nom à l'autre et même d'une bouteille à l'autre, la teneur en minéraux d'une eau de source peut également varier sensiblement.


Alors on fait quoi ?

La solution la plus efficace, économique et écologique, c’est de purifier l’eau du robinet !


Plusieurs possibilité s’offrent à vous :

  • avec du charbon actif Binchotan : il s’agit d’un charbon obtenu à partir d’une variété de chênes verts très riche en fibre. Il absorbe bon nombre de contaminants en attirant les ions ainsi que le chlore. L’avantage, c’est qu’il relâche les minéraux utiles à notre santé (calcium, magnésium ou fer) et équilibre le pH de l’eau. Son utilisation est également très simple : il suffit de remplir une bouteille en verre d’eau du robinet et d’y plonger un morceau de charbon puis de le laisser travailler pendant une nuit dans l’idéal. Il faudra réactiver le charbon, après 3 mois d’utilisation en le faisant bouillir afin qu’il libère toutes les particules emprisonnées. Il sera ensuite utilisable 3 mois supplémentaires et sera ensuite jeté pour se biodégrader.

  • avec des perles de céramique : Les perles de céramique neutralisent le chlore, le calcaire et les traces d'éléments nocifs souvent contenus dans l’eau du robinet, tels que les nitrates et l’ammonium. De plus, elles apportent à l’eau un supplément de micro-organismes antioxydants, qui ralentissent les processus pathogènes. Elles peuvent être déposées en vrac ou placées dans un sachet à thé en mousseline bio dans les carafes, bouteilles ou cruches à boisson remplies d’eau du robinet. La première fois, attendre une trentaine de minutes avant usage. Ensuite, remplir le contenant d’eau du robinet au fil des besoins.

  • avec un filtre à gravité : c’est la solution pour l’usage familial à la maison. ils fonctionnent sans électricité et sont ultra silencieux. Le système fonctionne par gravitation : l’eau s’écoule d’une cuve à l’autre via des filtres en céramique qui éliminent tout ce dont nous n’avons clairement pas besoin !

  • avec un distillateur d’eau : très efficace pour se débarrasser de tous les éléments indésirables de l’eau de nos robinets. Choisissez un appareil en inox sans plastique avec une cuve assez grande !

0 vue
google-play-badge (1).png
google-play-badge (1).png
Disponible dès maintenant ici :
google-play-badge (1).png
Suivez-nous
  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Gazouillement